La dysthymie : cette maladie trop peu connue qui fait pourtant extrêmement souffrir de nombreuses personnes !



La déprime, le stress, la mélancolie… ce sont des choses qui nous arrivent de temps en temps. D’autant plus que, de nos jours, la vie n’est pas aussi simple qu’avant ! Dans ces moments-là, on a le moral à zéro, des idées noires, le manque de confiance en soi et cette étrange petite boule dans le ventre…

Heureusement, passer du temps avec ses proches, profiter d’un week-end en solitaire, faire du shopping ou pratiquer une activité sportive permet de résoudre le problème pour mieux aller de l’avant !

Mais une question se pose : et si c’était plus qu’un simple moment de déprime ? Et si c’était réellement une maladie ?

Un mal similaire touche de plus en plus de gens actuellement. Il ne s’agit pas exactement de la dépression, cette maladie qui vous ronge de l’intérieur et qui vous rend si triste que rien ni personne ne peut en venir à bout !

On parle plutôt de cette étrange mélancolie qui revient de temps en temps, qui nous fait nous sentir fatigués constamment. Dans ces moments où l’on paraît dans un état second, on a le moral au plus bas et cela nous empêche de profiter à fond des belles choses de la vie…

Ce mal a un nom ; il s’agit de la dysthymie.

La dysthymie se caractérise par cette sensation légère ou moyenne d’être déprimé. C’est un mal chronique qui revient de temps en temps, notamment lorsqu’on passe par une mauvaise étape. Quand cela arrive, on devient triste et mélancolique, on a comme une mauvaise estime de soi et on n’a envie de rien faire. On a cette étrange impression de ne plus avoir la force de continuer !

Selon la Harvard Medical School, ces phases de tristesse intense peuvent durer plus longtemps qu’une dépression sévère… parfois même plus de deux ans ! La dysthymie toucherait 3 à 5 % des gens à travers le monde, mais concernerait plus les femmes (2/3) que les hommes. Elle apparaîtrait généralement chez un adulte qui peut en souffrir pendant des décennies.

Voici les principaux signes qui indiqueraient une dysthymie :

– Des troubles de l’alimentation : si ce n’est pas un manque d’appétit, c’est une boulimie.

– Des troubles du sommeil : insomnie ou hypersomnie.

– De la fatigue chronique et inexpliquée avec une réelle baisse d’énergie.

– Des troubles de mémoire et de la concentration conduisant souvent à une incapacité à prendre des décisions.

– Vision très pessimiste de l’avenir, sentiment de désespoir et manque d’estime de soi.

– L’irritabilité, surtout chez les adolescents.

Si vous présentez la plupart de ces symptômes, il est fort probable que vous soyez dysthymique.

Notez que la plupart des personnes qui souffrent de ce trouble de l’humeur chronique ne savent même pas qu’ils ont cette maladie. Sinon, ils n’en prennent conscience que des années plus tard. D’autant plus que son entourage ou ses proches pourraient minimiser la situation en pensant que ces phases de crise ne font que passer ou font partie intégrante de la personnalité du malade en question…

La dysthymie fait réellement souffrir et elle vous empoisonne la vie.

Elle peut parfois même conduire la personne au suicide si des mesures ne sont pas prises. Dans l’idéal, si vous pensez en souffrir, il est recommandé de voir un médecin afin de vous assurer que ce n’est pas quelque chose d’aussi grave !

Heureusement, cette maladie peut réellement être soignée lorsque la personne qui en souffre suit un traitement adéquat, souvent similaire à celui de la dépression clinique…

Pour faire connaître cette maladie chronique à un maximum de personnes, n’oubliez pas de partager ces précieuses informations à tous vos contacts ! Cela pourrait sauver des vies.

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook


A LIRE AUSSI: