Un chercheur cache des caméras partout dans la forêt de Tchernobyl. Lorsqu’il voit les photos, il contacte immédiatement le gouvernement.



Le 26 avril 1986 est une date qui restera à jamais gravée dans l’esprit de tous les Ukrainiens. Cette date correspond à celle de la catastrophe de Tchernobyl, en Ukraine. Cette catastrophe nucléaire a été classée au niveau 7, le niveau le plus élevé sur l’échelle internationale des événements nucléaires.

Dans la foulée de cet accident, la ville la plus proche du site, Prypiat, a été évacuée dans les plus brefs délais afin d’éviter toute contamination avec la population.

Plus de 30 ans après, la ville est toujours déserte et il est interdit de circuler dans le périmètre de sécurité qui a été établi car le taux de radiation y est fort élevé.

Du coup, c’est un véritable terrain de jeux pour les chercheurs et il y en a un qui s’est intéressé à la faune qui y est présente. Sergey Gashchak est un radio-écologue qui étudie la prolifération de la faune et de la flore des forêts avoisinantes du lieu de l’accident.

Après avoir eu toutes les autorisations nécessaires pour effectuer ses recherches, il a posé des caméras un peu partout.

En visionnant tous les rushs de ce que ses caméras avaient captés, il a décidé d’appeler ses confrères du monde scientifique ainsi que le gouvernement ukrainien.

Après 31 ans d’inactivité humaine, la nature a repris tout doucement ses droits

Les images de Sergey montrent à quel point l’Homme peut influencer l’espace dans lequel il vit

Notre absence a provoqué le retour de certaines espèces que l’on ne retrouve pas ailleurs dans le pays, comme la cigogne noire.

Même chose du côté de l’aigle pomarin qui vit essentiellement en Asie du Sud-Est.

Cliquez sur la page suivante pour découvrir la suite des espèces qui sont revenues dans cette partie de la région d’Ukraine.

--- On vous recommande ---

Likez notre article sur Facebook